174
PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone

Implants dentaires à Paris 16 et à Genève

Les deux grands responsables de l’édentement précoce: Parodontites et caries dentaires.

edentement

La nature des problèmes dentaires évolue au cours de la vie et deux grandes pathologies peuvent être distinguées comme les causes majeures de l’édentement :

– Pendant la jeunesse, la carie dentaire prédomine. Les dents cariées sans traitement approprié sont détruites et doivent être extraites sous peine de causer des infections importantes.

– Puis, vers le milieu de la vie, autour de la quarantaine, apparaissent les maladies parodontales ou maladies du parodonte.

 

 

Les conséquences générales de l’édentement

Elles sont graves quel que soit l’emplacement des dents perdues!

La perte des dents postérieures perturbe la première phase de la digestion, c’est-à-dire la mastication. L’estomac doit digérer les aliments alors qu’ils n’ont pas été correctement broyés, ou le patient doit se contenter d’une alimentation semi liquide.

La perte des dents antérieures entraîne une associabilisation du patient du fait de l’inesthétisme de son sourire. Ceci à de graves conséquences dans sa vie sociale tant du point de vue professionnel (refus à l’embauche), personnel (échec dans les tentatives de séduction) que dans l’image de soi (perte de confiance) et donc un impact psychologique très mortifère qui peut mener à de graves préjudices sur sa santé mentale comme financière.

 

Les conséquences odontologiques de l’édentement

Video pédagogique : L’édentement et les implants

 

La fonte osseuse

Lié à la perte de dents, un phénomène de résorption osseuse irréversible des os des deux mâchoires se produit. Tel un muscle qui fond lorsqu’il ne sert plus, l’os qui retient les dents lui aussi fond lorsqu’il n’est plus stimulé. Or ce sont les dents, par la pression de la morsure, qui transmettent cette pression à l’os et le stimulent. L’absence de dents entraîne une absence de pression sur l’os, qui entraîne une disparition osseuse.

La perte osseuse peut atteindre jusqu’à 6 millimètres en 6 à 7 ans. Poser un implant équivaut à « replanter » une dent et donc à retrouver un système de stimulation de l’os autour de l’implant par pression masticatrice pouvant se transmettre de nouveau. L’os à nouveau stimulé ne fond plus, ou en tous cas beaucoup moins et d’une façon physiologique.

Migrations dentaires

Les dents adjacentes à une dent fraîchement extraite vont avoir tendance à se déplacer pour combler l’espace ainsi créé sur l’arcade dentaire. Ce phénomène physiologique peut prendre un certain temps, ce qui le rend difficilement perceptible au jour le jour. De la même façon la dent antagoniste (en face sur l’autre arcade) va « pousser » et descendre si c’est une dent du haut ou monter si c’est une dent du bas dans l’espace ainsi créé par l’édentement.

Le résultat donne deux arcades supérieure et inférieure en « montagnes russes », qui entraînent de grands désordres dans la capacité de morsure du patient et très souvent des déchaussements de dents, des maux de tête, des vertiges et de façon générale tous les désagréments liés aux problèmes de désordres occlusaux.

Diminution de la capacité masticatoire 

La perte des dents perturbe la première phase de la digestion, c’est-à-dire la mastication. L’estomac doit digérer les aliments alors qu’ils n’ont pas été correctement broyés, ou le patient doit se contenter d’une alimentation semi liquide.

De plus les dents restantes vont être soumises à des forces supplémentaires, entraînant une fatigue et une usure plus importantes. D’autres problèmes apparaîtront sur ces dents à plus ou moins brève échéance.

Préjudice esthétique

La perte des dents antérieures entraîne une associabilisation du patient du fait de l’inesthétisme de son sourire. Ceci a de graves conséquences dans sa vie sociale tant du point de vue professionnel (refus à l’embauche), personnel (échec dans les tentatives de séduction) que dans l’image de soi (perte de confiance) et donc un impact psychologique très délétère qui peut mener à de graves préjudices sur la santé mentale comme financière du patient. Si l’on prend le cas de la perte des dents antérieures, aucune prothèse dentaire amovible (dentier) ne pourra reproduire l’effet naturel de dents émergeant de la gencive, que la racine soit naturelle ou même qu’il s’agisse d’un implant dentaire.

Le port d’une prothèse amovible (dentier), est un traumatisme très souvent vécu comme un handicap important voir comme une mutilation. Elle ne permet pas de manger toutes les sortes d’aliments et doit être retirée à chaque nettoyage, ce qui rajoute au stress déjà existant. A terme, le patient modifie ses expressions du visage pour ne pas dévoiler cette mutilation ou la prothèse amovible et en perd le sourire au propre comme au figuré.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone