132
PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone

Les différents protocoles de soins dentaires sous sédation dentaire: Les sédations conscientes, semi-inconscientes, inconscientes et les comas artificiels.

sedation

La sédation est un apaisement au moyen d’un sédatif. La Société Française d’Anesthésie Réanimation (SFAR) a défini, en 2000, la sédation comme étant l’utilisation de moyens médicamenteux ou non, destinée à assurer le confort physique et psychique du patient et à faciliter les techniques de soins. L’origine du mot vient du latin sedatio.

 

Les généralités sur les sédations appliquées au domaine dentaire

 

Voici  la présentation générale des différentes techniques de sédation pour les patients qui ont peur du dentiste ou qui souhaitent avoir de longues séances de soins dentaires compactés au cabinet dentaire, soit parce qu’ils sont pressés par leur travail, soit parce qu’ils sont loin des centres d’excellence dentaire à Paris ou à Genève.

 

Historique des sédations dentaires

 

La sédation est utilisée dans les services de réanimation en permettant au patient de ne pas souffrir et de ne pas avoir conscience de ce qui arrive pendant un certain laps de temps au cours d’intervention chirurgicales ou lors de l’initiation d’une anesthésie générale.

 

Définition de la Sédation Consciente ou inconsciente ou semi-consciente

 

La sédation consciente suppose que le patient garde une « certaine conscience » tout au long de l’intervention, malgré les sédatifs administrés, par opposition à la neurolept-analgésie ou l’anesthésie générale qui est la mise dans le coma respectivement de niveau 1 et 2 sur une échelle de 4.

 

En pratique, le patient est plus ou moins coupé de la réalité et désinhibé selon le type de protocole de sédation:

 

La sédation dite « consciente »: Elle apaise les patients mais celui-ci reste conscient des événements vécus au cabinet. Ces protocoles peuvent être réalisés par un chirurgien dentiste au cabinet dentaire.

 

La sédation dite semi-inconsciente (ou « semi-consciente » ou « semi-vigile ») par voie intra veineuse de type diazanalgésie:  Le patient n’a aucune conscience de la réalité bien qu’il reste dans un niveau de sédation qui ne dépasse pas le sommeil.

Ce type de sédation est très adapté à tous les actes de chirurgie dentaire au cabinet des plus simples au plus complexes. Ce protocole ne peut pas être réalisés par un chirurgien dentiste mais par un médecin anesthésiste réanimateur au cabinet dentaire.

La sédation semi-inconsciente n’a pas de vocation anesthésiante: L’Anesthésie n’est obtenue qu’avec les anesthésiques locaux. Un acte de chirurgie orale ou de soin dentaire est impossible avec une sédation consciente seule, sans anesthésie locale.

 

Les comas : La neurolept- analgésie et l’anesthésie générale: Ces deux protocoles de sédation sont aussi des anesthésies. Ils correspondent à la mise dans le coma respectivement de niveau 1 et 2 sur une échelle de 4 du patient. Ils permettent d’obtenir le silence de la douleur nécessaire à la réalisation des actes sans anesthésie locale, avec en général une pause respiratoire qui nécessite une intubation. Ce protocole ne peut pas être réalisés par un chirurgien dentiste mais par un médecin anesthésiste réanimateur uniquement dans un bloc opératoire de chirurgie générale en clinique.

 

Les deux différents types de sédation consciente:

Sédation Orale : Par l’absorption de comprimés de sédatifs oraux de la famille des Benzodiazépines type Diazépam, ou Neuroleptiques type Hypnovel.

Sédation Analgésique par Inhalation : A l’aide du protoxyde d’azote qui est accessible en cabinet dentaire, depuis le 2 Décembre 2009, sous la forme d’un equimélange Oxygène-Protoxyde d’azote (50%-50%). La dénomination pharmacologique est le MEOPA (mélange équimolaire oxygène + protoxyde d’azote). Noms de spécialité : Kalinox®, Entonox® ,

 

La sédation semi-inconsciente type diazanalgésie:

Sédation inconsciente ou semi Consciente par voie intraveineuse : Il faut utiliser les services d’un Médecin Anesthésiste pour réaliser cette sédation consciente en respectant certaines règles de sécurité pour ce type d’activité médicale car, en France, elle n’est pas autorisée pour les Chirurgiens Dentistes. Au cabinet du docteur Jérôme Weinman, les anesthésistes pratiquent quotidiennement cette sédation connue sous le terme de diazanalgésie.

 

Les deux différents types comas ou sédation inconsciente totale :

Elles sont dites « non conscientes totales » car ils mettent le patient dans un coma de type 1 ou 2. Ils ne peuvent être pratiqués qu’au sein de cliniques chirurgicales, au bloc opératoire. C’est la neurolept-analgésie ou l’anesthésie générale qui est la mise dans le coma, respectivement de type 2 et 1.

Le classement des différentes techniques de sédation par ordre croissant de niveau d’inconscience

 

Niveau 1: La sédation consciente orale par des comprimés relaxants

Avantage : C’est le premier niveau de sédation par un apaisement léger juste avant ou la veille de l’intervention.

Ce protocole de sédation est très adapté pour des soins pratiqués à des patients qui ne sont pas phobiques du dentiste ou qui ont peur du dentiste, mais qui ont une légère appréhension et souhaitent être décontractés juste avant l’intervention.
Ou bien, pour désangoisser des patients la veille de séance de petite chirurgie stressante, même pour les patients les plus « zen ».

En savoir plus…

Niveau 2 : La sédation consciente par inhalation de gaz MEOPA, le gaz hilarant

Avantage : C’est le deuxième niveau de sédation par une narcose légère avant et pendant l‘intervention.

Il induit une légère désinhibition des patients qui ont une peur raisonnable des soins dentaires.
L’effet hallucinogène du gaz MEOPA permet une sédation légère des patients ainsi qu’un niveau léger analgésique par un effet de narcose à l’azote.

En savoir plus

Niveau 3 : La sédation semi-inconsciente par voie intra-veineuse ou le sommeil profond artificiel par diazanalgésie.

Avantage : C’est le troisième niveau de sédation par une puissante désinhibition induite par des calmants injectables par voie intraveineuse, juste avant et pendant l‘intervention, de la famille des benzodiazépines, d’où le nom de diazanalgésie.

C’est la sédation de choix pour les patients qui ont peur du dentiste, sont phobiques du dentiste ou ont des réflexes nauséeux lors des soins dentaires:

La Sédation semi-inconsciente par injection intra-veineuse : Les médicaments sont administrés par voie intra-veineuse directement dans la circulation sanguine par un abord veineuse réalisé par la pose d’un cathlon (perfusion).

Dans ce protocole le patient est plongé dans un sommeil profond mais qui n’est pas un coma comme pour les sédations non conscientes. Ce sommeil profond est une sorte “d’hypnose chimique” qui déconnecte totalement le patient de la réalité qu’il vit au cabinet et des soins qui lui sont prodigués.

Pour le patient son niveau d’inconscience est en terme de sensation équivalente à l’anesthésie général. c’est à dire que pour le patient tout se passe comme s’il était sous anesthésie générale.

Pour autant, le protocole technique pour le médecin anesthésiste qui le pratique est très différent et beaucoup plus léger car le patient ne fait que dormir et n’est pas plongé dans un coma comme pour la neurolept-analgésie ou l’anesthésie générale. C’est pour cela que ce protocole de sédation peut être pratiqué au cabinet dentaire par un médecin anesthésiste réanimateur.

Le plus grand avantage de la sédation semi-inconsciente intra-veineuse est que si le patient n’est pas suffisamment endormi, l’anesthésiste peut lui administrer une dose supplémentaire de somnifère et les effets sont instantanés. Les médicaments utilisés lors de la  sédation consciente Intraveineuse sont bien plus efficaces que si ces mêmes médicaments avaient été pris par voie orale.

Donc le contrôle de la sédation qui se traduit par un sommeil profond est total. 

De plus, il y a une amnésie totale de l’acte opératoire avec l’utilisation de cette technique: C’est la sédation de choix pour des patients qui ont peur du dentiste.

 

C’est aussi la sédation de choix pour des patients qui souhaitent avoir de longues séances de soins dentaires compactés au cabinet dentaire:

Soit parce qu’ils sont pressés par leur travail, soit parce qu’ils sont loin des centres d’excellence dentaire à Paris ou à Genève.

Ce protocole est très adapté à des séances longues et pénibles même pour des patients anxieux ou carrément phobiques du dentiste et des soins dentaires. C’est l’outil par excellence des traitements dentaires sans douleur ou des soins dentaires sans douleur, soit pour des patients phobiques soit pour des patients éloignés géographiquement qui souhaitent compacter les séances dans le confort.

 

Ce protocole peut être répété autant de fois que nécessaire sans danger car c’est un «sommeil induit» et non un «coma induit»:

Cela veut dire que l’on peut faire une séance tous les jours, de plusieurs heures, si nécessaire. Contrairement à l’anesthésie générale qui ne peut pas être répétée sans danger. Il peut être pratiqué au sein d’un cabinet dentaire dont le plateau technique est structuré à cet effet.

 

La sédation semi consciente par voie intraveineuse n’est pas fréquemment utilisée dans les cabinets dentaires car seul un anesthésiste réanimateur peut pratiquer ce protocole:

La Sédation semi consciente par voie intraveineuse par un Chirurgien Dentiste avec limitation à l’injection d’un seul produit est autorisée dans plusieurs pays d’Europe mais pas encore en France. C’est pourquoi le docteur Jérôme Weinman collabore quotidiennement avec ses médecins anesthésistes réanimateurs qui réalisent tous les types de sédation consciente, des plus simples au plus complexes, au cabinet dentaire. L’anesthésiste reste en permanence à coté du patient pendant toute la séance et s’assure de son confort et de sa sécurité.

En savoir plus…

Niveau 4 : La sédation dentaire « totalement non consciente » par voie intraveineuse ou Le coma de niveau 1 : La neurolept-analgésie.

Avantage : C’est le quatrième niveau de sédation par induction d’un coma de stade 1 (sur une échelle de 4 – le niveau 4 ou « coma dépassé » étant un état de quasi mort cérébrale) par des drogues injectables par voie intraveineuse, juste avant et pendant l‘intervention, de la famille des benzodiazépines, d’où le nom de neurolept-analgésie. L’intégralité du processus de sédation dentaire par voie intraveineuse est contrôlée par un médecin anesthésiste réanimateur.

C’est une sédation intéressante pour les patients qui ont peur du dentiste, sont phobiques du dentiste ou ont des réflexes nauséeux lors des soins dentaires dans un milieu hospitalier. Ce protocole est très adapté à des séances longues et pénibles pour des patients anxieux, carrément phobiques du dentiste, qui ont peur du dentiste et des soins dentaires ou qui nécessitent une surveillance de leurs fonctions vitales accrue à cause d’un mauvais état général. C’est aussi la sédation de choix pour des patients qui souhaitent avoir de longues séances de soins dentaires compactés au cabinet dentaire, soit parce qu’ils sont pressés par leur travail, soit parce qu’ils sont loin des centres d’excellence dentaire à Paris ou à Genève. Ce protocole est très adapté à des séances longues et pénibles même pour des patients anxieux ou carrément phobiques du dentiste et des soins dentaires mais qui de plus présentent des pathologies générales à risque qui impliquent que les interventions soient pratiquées au sein d’un complexe hospitalier.

Seul un médecin anesthésiste réanimateur peut pratiquer ce type de sédation et uniquement au milieu hospitalier.

En savoir plus…

Niveau 5 : La sédation dentaire « totalement non consciente » par voie intraveineuse ou Le coma de niveau 2 : L’anesthésie générale.

Avantage : C’est le cinquième niveau de sédation par l’induction d’un coma de stade 2 par des drogues injectables par voie intraveineuse, juste avant et durant l‘intervention : C’est l’anesthésie générale.

Ce protocole est réservé à des patients qui nécessitent des interventions lourdes, le plus souvent chirurgicales, qui sont l’indication stricte de l‘anesthésie générale ou pour des patients qui nécessitent à cause d’un mauvais état général une surveillance particulière de leur fonctions vitales au bloc opératoire en clinique et qui doivent être intubés.

C’est une sédation intéressante pour les patients qui ont peur du dentiste, sont phobiques du dentiste ou ont des réflexes nauséeux lors des soins dentaires.

Ce protocole est très adapté à des séances longues et pénibles pour des patients anxieux, carrément phobiques du dentiste ou qui ont peur du dentiste et des soins dentaires et qui nécessitent une surveillance de leurs fonctions vitales accrue à cause d’un mauvais état général dans un milieu hospitalier.

C’est aussi la sédation de choix pour des patients qui souhaitent avoir de longues séances de soins dentaires compactés au cabinet dentaire, soit parce qu’ils sont pressés par leur travail, soit parce qu’ils sont loin des centres d’excellence dentaire à Paris ou à Genève. Ce protocole est très adapté à des séances longues et pénibles même pour des patients anxieux ou carrément phobiques du dentiste et des soins dentaires.

C’est l’outil par excellence des traitements dentaires sans douleur ou des soins dentaires sans douleur soit pour des patients phobiques soit pour des patients éloignés géographiquement qui souhaitent compacter les séances dans le confort et qui nécessitent une surveillance de leurs fonctions vitales accrue, à cause d’un mauvais état général comme des problèmes cardio-vasculaires.

En savoir plus…

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone