339
PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone

Le protocole de soins dentaires sous sédation du docteur Jérôme Weinman: « Dental sedation & One shot concept ».

Vingt années de pratique et de recherche de la zenitude avec des soins dentaires sans douleur, sans peur, rapides et confortables, grâce à la sédation dentaire semi consciente ou inconsciente au cabinet dentaire.

banner-18-lw

La recherche de la « zenitude » dans le cabinet dentaire : Qui ne se souvient pas avec angoisse des séances longues et répétées au cabinet dentaire et n’a pas rêvé « d’en finir d’un coup de baguette magique » ?

Refaire ses dents et son sourire à Paris et à Genève:

 

Le docteur Jérôme Weinman chirurgien dentiste à Paris et médecin dentiste à Genève à structuré ses plateaux techniques, dans ses cabinets parisiens ou genevois, de façon à pratiquer des soins dentaires sans douleur et sans peur grâce à la sédation consciente ou semi consciente ou même inconsciente.

A Genève en Suisse et à Paris en France, des patients ayant soit peur du dentiste (dentophobie, stomatophobie) soit simplement désireux de confort et de rapidité lors de leurs traitement dentaires, peuvent être soignés sans peur et sans douleurs grâce à l’utilisation de différentes techniques de sédation.

Aujourd’hui, grâce à l’apport des techniques de sédation dentaire inconsciente au cabinet ou en clinique la nouvelle approche des soins dentaires permet de toucher du doigt ce rêve de zenitude absolue.

On peut mener à bien d’importants travaux dentaires dans un laps de temps resserré:

Le plus souvent quelque jours ou quelques semaines au lieu de plusieurs mois voir plusieurs années. 

Comme par exemple : les techniques d’esthétique dentaire, la pose de facettes céramiques, de couronnes dentaires, les bridges céramiques, la pose d’implants dentaires, les greffes osseuses pré-implantaires, les comblements de sinus.

 

Les traitements dentaires qu’ils soient des soins classiques ou des traitements lourds chirurgicaux peuvent être compactés dans des séances plus longues et plus denses mais paradoxalement extrêmement agréables de part la déconnexion de la réalité opératoire que procure la sédation. La conséquence immédiate : La durée globale de la réalisation du plan de traitement est considérablement réduite tout en augmentant le confort et la sécurité grâce à la surveillance par l’anesthésiste.

Les différentes techniques de sédation pour les patients qui ont peur du dentiste ou qui souhaitent avoir de longues séances de soins dentaires compactés au cabinet dentaire, soit parce qu’ils sont pressés par leur travail, soit parce qu’ils sont loin des centres d’excellence dentaire à Paris ou à Genève sont présentées dans le chapitre précédent.

 

 « Dental sedation & one shot concept » ou comment les différents protocoles de soins dentaires peuvent être regroupés sans douleur et sans peur: De la sédation légère ou profonde à l’anesthésie générale.

banner-ourse

La sédation dentaire qui est pratiquée par un Chirurgien Dentiste qui s’adjoint les compétences d’un Médecin Anesthésiste comprend plusieurs techniques de la plus légere, comme l’inhalation de gaz protoxyde d’azote (Meopa) à la plus profonde par l’injection de sédatifs de la famille des Benzodiazépines. Nous avons regroupé sous le nom générique de technique « dentale sedation & one shot concept  » toutes ces technique à la fois médicales et dentaires.

La plupart des traitements dentaires peuvent être regroupés et effectués sous une sédation couplée à une sédation plus ou moins profonde dans un environnement médicalisé adapté à chaque protocole.

Nous avons donc mis en place avec des médecins anesthésistes, des cliniques chirurgicales et le personnel infirmier différents protocoles de sédation :

Les sédations les plus légères sont les techniques de soins dentaires sous sédation consciente, semi-consciente ou inconsciente au cabinet, le gaz MEOPA ou la diazanalgésie sont les principales techniques.

La sédation consciente semi-consciente ou inconsciente en cabinet dentaire est une aide qui peut se révéler précieuse pour le médecin dentiste car elle permet de traiter plus confortablement les patients angoissés.

C’est aussi un accompagnement fort apprécié au cours des interventions de chirurgie orale: La sédation consciente procure une analgésie supplémentaire.

Elle présente un risque minime en rapport d’une anesthésie générale et peut même être répétée sur plusieurs jours.

L’ensemble des interventions (taille des dents, prise d’empreinte, pose des dents provisoires, pose des couronnes définitives et même les interventions chirurgicales de poses d’implants ou de greffes osseuses) peuvent-être regroupées en quelques rendez-vous au bloc opératoire, sans que la souffrance et les phases de stress aient une emprise sur le patient.

La méthode de sédation par diazanalgésie rend possible la diminution du nombre et du temps des interventions, réduisant ainsi également la douleur et les phases de stress.

 

L’anesthésie dentaire locale et loco-régionale est nécessaire dans tous les protocoles de sédation consciente, semi-consciente ou inconsciente précités:

L’anesthésie locale se limite à la région visée et est généralement réalisée par injection d’anesthésiques locaux dans les tissus à anesthésier ou parfois par l’application d’une gelée ou crème contenant ceux-ci. C’est en général cette technique que pratiquent les dentistes. L’anesthésie locale peut être appliquée par le chirurgien lui-même. Les normes de sécurité doivent être respectées car les complications allergiques et le choc vagal peuvent survenir. Il s’agit de l’anesthésie du territoire desservi par un nerf ou un groupe de nerfs. On l’obtient en injectant un anesthésique local à proximité du nerf : tronculaire dentaire.

La sédation profonde est une technique pratiquée au sein d’un bloc spécialisé en clinique ou neurolept-analgésie.

La sédation profonde induit un sommeil profond équivalent à un coma de stade I.

Ces techniques pratiquées en clinique sont très utiles lorsque le chirurgien dentiste souhaite intervenir de façon invasive sur un patient souffrant de phobie dentaire qui nécessite de part son état de santé général, une surveillance médicalisé au sein d’un bloc opératoire mais qui ne justifie pas une anesthésie générale.

Ces techniques peuvent permettre de regrouper des interventions de la même façon que précédement mais ne peuvent pas être répetées avec autant de souplesse.

 

 

La technique de sédation la plus profonde (coma de stade 2) est l’anesthésie générale au sein d’un bloc de chirurgie générale en clinique.

L’anesthésie générale permet de compacter des interventions longues notamment chirurgicales ou même des soins dentaires lorsque le contexte clinique l’indique.

Sont candidat à cette technique des patients extrêmement angoissés et agités, ou présentant des pathologies générales à risque qui contre-indiquent les techniques précédentes ou nécessitant des interventions de chirurgie lourde et l’indication d’un bloc opératoire de chirurgie générale.

L’indication principale est la pratique d’interventions chirurgicales particulièrement invasives où la suspension de la sensibilité douloureuse totale est indiquée et impossible par d’autres techniques plus légères.

L’anesthésie générale nécessite une surveillance accrue des fonctions vitales au bloc opératoire. Elle doit rester exceptionnelle pour la pratique de soins dentaires, d’une part, parce que l’anesthégie générale est un acte majeur pour des soins dentaires qui sont un acte mineur, et d’autre part, parce que les soins dentaires sont des protocoles longs dans le temps, le plus souvent nécessitant la répétition des séances.

On ne peut pas répéter les anesthésies générales sans accroître le risque d’aléas.

Avec tous ces protocoles de sédation on peut mener à bien d’importants travaux dentaires dans un temps resserré, assez souvent d’une ou quelques semaines au lieu de plusieurs mois voir de plusieurs années.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone