5336
PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone

Pour comprendre les soins esthétiques du visage et du sourire, il faut comprendre les deux processus de modification du visage avec le temps: Le vieillissement structurel et le vieillissement cutané.

banner-mona lisa

Le docteur Jérôme Weinman chirurgien dentiste à Paris et médecin dentiste à Genève, s’est fait une spécialité des traitements dentaires anti âge, de réalisation de sourire esthétique, y compris pour des patients ayant peur du dentiste, dans son cabinet parisien ou genevois, grâce à l’utilisation des techniques de sédation consciente.

Refaire ses dents et son sourire à Paris et à Genève : Le cabinet dentaire du docteur Jérôme Weinman à Genève dispose d’un plateau technique de traitement dentaire sans peur et sans douleur. Un pôle d’esthétique dentaire sans douleur et sans peur est ouvert en Suisse à Genève.

 

La dentisterie esthétique et l’anti-aging dentaire, médical et chirurgical déterminent l’ensemble de concepts suivants:

– Les solutions apportées par la dentisterie esthétique «anti-âge» sont complémentaires des traitements «anti-âge» médicaux ou chirurgicaux.

– L’expression de jeunesse du visage dépend autant du placement et de la forme des dents, qui déterminent la structure osseuse de la mâchoire, que de la plénitude des lèvres et la qualité de la peau.

– Dans de nombreux cas de rajeunissement du visage, la dentisterie esthétique vient en support des traitements d’anti-aging réalisés par la médecine cosmétique, la chirurgie plastique et esthétique.

Une des grande composantes du vieillissement du visage trop souvent oublié par les médecins esthétiques est le rapprochement des mâchoires ayant pour conséquence l’écrasement des tissus peauciers du visage . Voir les chapitre ANTI AGE DENTAIRE

 

Le vieillissement cutané du visage: Le derme et l’épiderme

La peau est un organe complexe dont le vieillissement résulte de facteurs intrinsèques (qui dépend essentiellement de notre capital génétique) mais aussi de facteurs extrinsèques (l’exposition solaire, l’alimentation, l’hygiène de vie).

La peau humaine est un organe à part entière qui se compose de trois couches:

L’épiderme est la couche la plus superficielle, elle-même composée de plusieurs couches de cellules mortes durcies (les kératinocytes, endurcies car riches en fibres de kératine que l’on retrouve dans nos ongles ou nos cheveux). Sa fonction  principale est de protéger notre peau contre les agressions provenant du milieu extérieur (bactéries, pollution, UV, etc.).

L’hypoderme, couche graisseuse à la fois la plus profonde et la plus épaisse de notre peau qui contient les adipocytes, d’épaisseur variable en fonction de nos habitude alimentaires.

Le derme, se trouve entre ces deux couches. Il est cinq à dix fois plus épais que l’épiderme, au sein duquel plusieurs types de cellules cohabitent, parmi lesquelles :

– Les cellules de Langerhans qui assurent les défenses immunitaires

– Les Mélanocytes qui produisent la mélanine (qui colore de notre peau)

– Les Fibroblastes qui produisent le collagène et l’élastine

anti age

Toutes ces cellules baignent dans une sorte de “charpente de soutien” appelé milieu extra-cellulaire dont les principaux constituants sont :

– Le collagène : composant majeur de notre organisme (nous en sommes composés à plus de 90% !)

– Les fibres élastiques, extensibles, qui assurent l’extensibilité de la peau en participant à son maintien cutané au repos.

– L’acide hyaluronique qui confère à notre peau des propriétés d’hydratation et de volume

 

La formation des rides

Avec le temps et sous l’action de nombreuses causes extérieures ou facteurs extrinsèques (tels que l’exposition prolongée aux rayonnements du soleil, à la pollution, une mauvaise alimentation) ainsi que sous l’action de facteurs propres à notre organisme ou facteurs intrinsèques (chute de la production de certaines hormones observée à la ménopause, programmation génétique spécifique, évènements de vie tels que les infections ou les maladies) se produit le vieillissement cutané dont l’une des traductions cliniques est la formation de nos rides.

Ces dernières correspondent à une véritable “fonte” de la couche dermique qui constitue la peau. Ce phénomène est également appelé la dermatoporose (comparable à l’ostéoporose des femmes ménopausées). Tous les composants du derme sont atteints :

– Elle se traduit par une perte d’acide hyaluronique, donc une perte en eau au niveau du derme qui se traduit cliniquement par une sécheresse cutanée

– Les fibres élastiques se raréfient également et sont remplacées par du collagène moins extensible. Privée de son élastine, la peau aura donc plus de mal à retrouver sa forme d’origine après déformation et gardera en mémoire tous les plissements qu’elle subira (contrairement à une peau d’enfant).

– Le collagène disparaît lui aussi peu à peu (à partir de l’âge de 40 ans on en perd 1% par an) et aura tendance à se rigidifier via un phénomène appelé glycation.

 

5 ok
Ainsi, la peau perdra  peu à peu de sa souplesse et de son hydratation

Tous ces phénomènes aboutiront à une sorte de « fracture dermique » qui sera à la base de la formation de la ride que l’on pourra observer sur un visage vieillissant lorsqu’il est en position “statique”.

 

Les rides dynamiques font également leur apparition dès la troisième décennie, laissant apparaître les rides frontales, les rides de la patte d’oie ou les rides du lion. Les rides d’expression (ou dynamiques) seront prises en charge avec des injections de toxine botulique.

Les rides statiques pourront être traitées par des injections de produits de comblement (acide hyaluronique ou radiesse).

 

 

Le vieillissement structurel du visage concerne plusieurs structures: Les os, le cartilage, les tissus graisseux et les muscles

 

C’est un processus complexe qu’il faut bien différencier du vieillissement cutané. Comme son nom l’indique, il concerne plusieurs structures : tout d’abord les os et le cartilage, puis les tissusgraisseux et enfin les muscles.

 

Le compartiment osseux

Notre visage repose sur une partie osseuse que sont les os du massif facial. Ces derniers évoluent avec le temps : en vieillissant, certains os du visage ont tendance à s’allonger, d’autres à se creuser ; tandis que certainsprennent du volume, d’autres ont tendance à en perdre.

4 ok
Ainsi le volume des sinus maxillaires directement responsable du volume et de la projection de nos pommettesaura tendance à diminuer, tout comme l’os mandibulaire qui donne du relief au menton, alors que le volume des sinus frontaux aura plutôt tendance à augmenter.

De la même façon, la taille de l’orbite va elle grandir et s’incurver vers l’arrière tandis que la distance entre labase du nez et la pointe du menton aura tendance à se raccourcir.

La notion de vieillissement structurel est très importante à prendre en considération durant notre consultation, car elle va nous permettre de pouvoir analyser correctement un visage afin de proposer un plan de traitement le plus adapté possible à sa morphologie.

 

 

Le compartiment graisseux

Notre visage se compose également de compartiments graisseux qui participent au maintien de certaines structures.

La graisse malaire, également appelée « boule de bichat » est une structure graisseuse qui s’étend entre la pommette et la partie inférieure de la joue. Elle participe à l’impression de « plénitude » du visage, mais joue également beaucoup sur la mise en tension de ses différentes parties molles.

anti age
Le petit volume graisseux situé au niveau du coin supéro-externe de      l’orbite juste derrière la queue du          sourcil, également appelé « coussinet   de charpy » a une fonction similaire en permettant notamment « d’ouvrir » le regard.

 

anti aging

 

Avec le temps ou suite à un fort amaigrissement, tous ces volumes graisseux auront tendance à diminuer, laissant apparaître les premiers signes de vieillissement qui se traduisent par une ptose (chute) du visage. L’involution de la graisse malaire (ou boule de Bichat) est responsable du creusement des joues, ainsi que de l’involution et la chute des pommettes, l’apparition des sillons naso-géniens et enfin la formation desbajoues.

La fonte du coussinet de charpie entrainera quant à lui une chute de la queue du sourcilavec une fermeture du regard qui participe à l’impression globale d’un vieillissement physiologique.

 

Le compartiment musculaire

Les muscles de notre visage, qui sont aussi appelés muscles peauciers, nous permettent de créer et transmettre toutes sortes d’émotions via une multitude de mimiques possibles. Ils ont la particularité d’être « plats » et directement recouverts par la peau du visage à laquelle ils adhèrent très solidement.

Avec le temps, ils ont tendance à raccourcir en se contractant de manière permanente et ce, même au repos.

Cette contraction aura une double conséquence :

A leur surface, la peau va se plisser donnant lieu aux rides d’expression.

1 – En profondeur va s’exercer une tension permanente sur les structures osseuses et cartilagineuses

2 – auxquelles ils sont solidement accrochés. Ces tractions permanentes exercées sur les os vont finir par modifier la forme globale du massif facial.

Par exemple, la contraction de repos du muscle myrtiforme va exercer une tension sur la pointe du nez qui aura tendance à l’allonger et à le faire « plonger » vers le bas.

 

Les solutions apportées en dentisterie esthétique

Les différentes techniques utilisées en dentisterie esthétique vont permettre de ralentir le processus de vieillissement, au mieux de le stabiliser.

 

Les produits de comblement volumateurs vont servir à restaurer les volumes perdus, par exemple dans la région des pommettes, des joues et du menton.

 

La toxine botulique va permettre non seulement de relaxer les muscles peauciers responsables de nos rides d’expression en surface, mais elle va également réduire la tension exercée par ces derniers sur les structures osseuses du massif facial.

 

La ptose cutanée qui se traduit – entre autres – par la formation des bajoues peut se corriger efficacement avec des techniques combinées :

Analyse du vieillissement du visage et de la perte de la dimension verticale d’occlusion

Utilisation des propriétés élastiques de l’acide hyaluronique à des endroits stratégiques qui permettront de rehausser certaines structures du visage telles que la pommette.

 

L’état cutané superficiel peut être amélioré – entre autres – par des séries d’injection de Plasma Riche en Plaquette avec ou sans technique de mésothérapie.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone