182
PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone

Traitements des maladies des gencives à Genève

Description de la maladie parodontale ou parodontite ou parodontopathies.

Description de la maladie parodontale

Le propos de ce site n’est pas de faire un cours décrivant l’anatomie parodontale et les étapes des différents protocoles opératoires. Seul l’esprit de la chirurgie parodontale en tant que de stratégie dans la conception d’un plan de traitement en vue d’une réhabilitation du sourire nous intéresse ici.

EN SAVOIR PLUS : Pour autant et pour les internautes intéressés, toutes les définitions relatives aux pathologies, aux traitements ainsi que des protocoles intelligemment vulgarisés sont parfaitement décrits dans des sites d’information vulgarisés comme
wikipedia (gingivite ou parodontite)
ou l’excellent site de vulgarisation de l’Académie Canadienne de Parodontologie.

 

Dans cette littérature, les patients intéressés pourront trouver tous les renseignements sur des techniques éprouvées par la longue expérience de cette discipline.

En effet, les principes généraux des protocoles de traitement de la maladie parodontale sont parfaitement établis sur le plan médical et n’ont guère évolués depuis ces dernières années. Pour autant, on notera les progrès dans la recherche fondamentale sur les tissus impliqués et leurs applications pharmaceutiques. En particulier dans les techniques utilisant des matériaux de comblements synthétiques et des membranes collagéniques.

Seule l’approche plus globale au sein de plateaux techniques médicalisés a été innovante. Particulièrement grâce à l’utilisation des plateaux techniques permettant une sédation suffisante pour envisager des interventions globales en un seul temps opératoire sur l’ensemble des secteurs concernés.

C’est ainsi que tous les protocoles décrits peuvent être déclinés à l’aune de cette stratégie au concept plus global et plus chirurgical qui n’est qu’une application à la chirurgie dentaire de ce qui se pratique en chirurgie médicale général, conformément aux obligations médicolégales de cette profession.

Cette réforme des protocoles affine les résultats puisque le stress général du patient sous sédation est mieux géré, limitant les réactions inflammatoires et les saignements.

D’autre part, les temps d’intervention étant optimisés, les tissus opérés sont moins exposés à l’air libre même aseptisé des blocs opératoires, donc les résultats sont meilleurs et plus prédictibles.

Le docteur Jérôme Weinman déjà titulaire d’un Certificat d’Etude Supérieure de parodontologie est aussi membre de l’Académy of Microscope Enhanced Dentistry (AMED) et a obtenu un diplôme de microchirurgie gingivale remis à Tokyo par le Professeur Masana Suzuki, président de la JAMD of Tokyo (Japan Association of Microscopic Dentistry).

Vidéos pédagogiques de la Parodontite

Démonstration d’une parodontite : La perte du parodonte ou tissus de soutien de la dent est du à l’attaque bactérienne. Les bactéries de la plaque dentaire en passant sous la gencive detruisent l’os de soutien des dents.

Définitions

On regroupe sous le terme de maladies parodontales les maladies touchant les tissus de soutien des dents. L’ensemble de ces tissus est appelé parodonteLe parodonte est constitué de quatre tissus : la gencive, l’os alvéolaire, le ligament alvéolo-dentaire ou desmodonte et le cément.

Lorsque la maladie parodontale se limite à la gencive, on parlera de gingivite. Lorsqu’elle touche l’ensemble du parodonte, on parlera de parodontite. La perte osseuse qui en résulte est appelée alvéolyse.

 

Étiologie

La gingivite comme la parodontite sont dues à la plaque dentaire, constituée d’une communauté microbienne, qui comprend les bactéries, les virus, les protozoaires et les levures.

C’est en éliminant la plaque dentaire par une bonne hygiène bucco-dentaire (brossage très minutieux et adapté) que l’on peut prévenir les maladies parodontales sans facteur génétique.

 

Différentes classes de gingivites

Gingivite « simple » : C’est la gingivite habituelle, inflammation de la gencive causée par la plaque dentaire.

Gingivite hypertrophique généralisée : Elle est favorisée par certains médicaments, notamment les antiépileptiques et certains bêtabloquants.

Gingivite hypertrophique localisée :

Les épulis: Ils sont favorisés notamment par certaines hormones féminines (fréquent chez la femme enceinte).

Gingivite ulcéro-nécrotique (GUN) : Dans ce cas très particulier, on a affaire à une destruction tissulaire par nécrose, sans formation de poche. Elle est généralement déclenchée par un stress très important ou une maladie grave. Il faut une immuno-dépression pour déclencher une GUN.

 

Différentes classe de Parodontites

Parodontite simple :  L’alvéolyse est horizontale.

Parodontite chronique ou complexe : L’alvéolyse est horizontale. Il y a généralement un facteur aggravant : l’occlusion.

Parodontite agressive ou à progression rapide :  L’alvéolyse peut être localisée ou généralisée. L’alvéolyse est horizontale et/ou verticale. Le facteur aggravant est souvent d’ordre génétique.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone