184
PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone

Spécialiste en parodontologie à Paris 16 et Genève

Les différents traitements de la maladie parodontale ou « déchaussement des dents », à Genève

banner-35-lw

La gingivite peut régresser complètement. La parodontite pourra être stabilisée. On peut récupérer de la hauteur d’os, mais la gencive risque de cicatriser à distance de son niveau initial.

 

Le traitement parodontal non chirurgical.

Hygiène bucco-dentaire rigoureuse

C’est le préalable à tout traitement parodontal. Aucun traitement ne pourra être efficace en l’absence d’une bonne hygiène, permettant d’obtenir de bonnes conditions de cicatrisation.
Le brossage doit être réalisé deux fois par jour, pendant au moins trois minutes, avec une brosse à dents souple, et complété par le fil dentaire ou des brossettes inter-dentaires.

Détartrage

Le tartre est éliminé à l’aide d’instruments à ultrasons (détartreur) ou mécaniques (curettes).

Surfaçage radiculaire

Lorsque la gencive est décollée, on peut susciter son ré-attachement en réalisant une désinfection mécanique de la surface de la racine concernée par le décollement. Cette désinfection mécanique n’est rien d’autre qu’un travail de lissage ou de polissage de la surface en question. Cette désinfection mécanique est appelée : surfaçage radiculaire. Elle sera réalisée après le détartrage. Cette opération ne concerne que la partie sous gingivale de la surface radiculaire. Le surfaçage radiculaire est presque toujours réalisé sous anesthésie locale. Il est réalisé, le plus souvent par voie non chirurgicale. Dans certains cas il nécessitera une intervention chirurgicale dite “à lambeaux”.

Ces interventions classiquement réalisées par quadrants, sextants ou par demi-bouche peuvent être conduites en un seul temps opératoire grâce aux techniques de sédation dentaire modernes. Voir le chapitre sédation.

Traitement parodontal chirurgical

Lorsque la maladie est trop avancée un traitement plus poussé chirurgical est indiqué.
Tous ces traitements peuvent présenter des contre-indications : ils sont à éviter chez les fumeurs, les diabétiques non équilibrés, les personnes immunodéprimées.

Chirurgie de curetage parodontal

Le dentiste ou parodontose ou parodontologue réalise un lambeau pour accéder directement à la surface de la racine à traiter. Les suites sont plus longues que pour un détartrage/surfaçage simple.

Comblement osseux de poche parodontale

Au cours de l’intervention parodontale, il s’agit de cureter et combler le défaut osseux inter-dentaire et le combler en utilisant un greffon allogènique, xénogènique ou alloplastique afin de regagner de la hauteur d’os et donc de l’ancrage radiculaire.

Régénération tissulaire guidée ROG

Cette technique vise à ce que les tissus de l’individu se régénèrent grâce à des protocoles de greffes osseuses en utilisant un greffon allogènique, xénogènique ou alloplastique associé à des membranes collagéniques. Le but est de combler le défaut osseux interdentaire afin de regagner de la hauteur d’os et donc de l’ancrage radiculaire.

Ces interventions classiquement réalisées par quadrants, sextants ou par demi-bouche peuvent être conduites en un seul temps opératoire grâce aux techniques de sédation.

L’apport des PRF et du PRP dans le traitement des maladie parodontal

Le Plasma Riche en Fibrine (PRF) et le Plasma Riche en Plaquettes (PRP) apportent des facteurs de croissance indispensables a la cicatrisation.

Voir le chapitre sur les PRP ET PRF

Traitement parodontale médical

L’utilisation du microscope afin d’identifier les souches responsables ou des test ADN permettent de prescrire une médication antibiotique appropriée et contrôler la flore bactérienne et parasitaire.

Cette démarche provoque un retour du biofilm dentaire, la fermeture et la guérison des poches parodontales.

Traitement parodontal symptomatique

Le traitement symptomatique consiste à traiter les signes visibles de la maladie.

Il est utilisé soit en complément du traitement étiologique, soit pour atténuer les signes résiduels à la fin du traitement curatif, en particulier les mobilités dentaires. Il existe plusieurs techniques. La plus commune aujourd’hui consiste à faire une petite tranchée sur la face linguale (côté langue) ou occlusale des dents concernées, et d’y noyer un fil métallique dans du composite.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone